Association Nationale des Français d'Afrique de Nord, d'Outre-Mer et de leurs Amis

ANFANOMA 70 avenue de la grande Armée 75017 PARIS
(Tel 0145740991 Télécopie : 0145748301 Email : anfanoma@anfanoma.com )

HARKIS - PIEDS-NOIRS, MEME COMBAT

L'ANFANOMA COMMUNIQUE

Après la campagne odieuse contre la reconnaissance du rôle positif de la présence française en Algérie, devant laquelle les Pouvoirs publics ont cru devoir céder, et face à la recrudescence d'insultes et diffamations dont la Communauté rapatriée fait à nouveau l'objet en ce début d'année (Article de Siné dans Charlie-Hebdo, contre les Pieds-noirs et les Harkis, Incidents à Roubaix et Montpellier, contre les Harkis) l'ANFANOMA affirme sa totale solidarité avec les Harkis.

- Pieds-noirs et Harkis ont mené côte à côte le combat pour maintenir la présence de la France en Algérie, comme leurs Anciens l'avaient mené pour délivrer la France de l'occupation et du joug nazi ;

- Harkis et Pieds-noirs ont été sacrifiés et abandonnés en 1962 par une France alors intoxiquée, résignée et cynique ;

- Pieds-noirs et Harkis se sont heurtés à leur arrivée à l'imprévision, l'indifférence, l'hostilité d'une France ignorante, égoïste et frileuse ;

- Harkis et Pieds-noirs ont été le jouet depuis leur retour des surenchères politiques et partisanes, dans une France incapable d'affronter sa responsabilité, d'avouer ses fautes et de les réparer ;

- Pieds-noirs et Harkis constatent aujourd'hui la résurgence de manifestations de haines et de ranc¤urs qu'ils croyaient oubliées et qui n'étaient qu'enfouies ;

- Harkis et Pieds-noirs ont subi ensemble l'ingratitude, la trahison, le reniement et le rejet... Ils ne cèderont pas au ferment de la division.

A l'heure où se prépare, dans le secret des cabinets, un traité d'amitié avec une Algérie qui subordonnerait sa signature à l'expression de la « REPENTANCE » française, Harkis et Pieds-noirs se déclarent fermement opposés à cette mascarade. Si la France devait exprimer une quelconque repentance, ce devrait être à leur égard... Ils s'indignent aujourd'hui de l'amputation de la loi du 23 février et demandent au contraire que ses dispositions soient complétées des mesures de reconnaissance et de réparation nationales, tant morales que matérielles, toujours attendues

PIEDS-NOIRS ET HARKIS, MEME COMBAT !

A Paris, le 13 février 2006, le Président, Yves Sainsot, la secrétaire générale, Nicole Delvarre