2° Chaine ou Télé Pravda ?

Dans le tsunami médiatico-politique déclenché contre la présence française outre-mer depuis quelques semaines, et dans la foulée des autres stations de TV, la 2° chaine vient de se distinguer : Une émission publique à grand spectacle en deux parties était produite le 26 janvier, sur le thème « La France doit elle avoir honte de son passé ? » suivi de « qu'est ce qu'être français aujourd'hui ? » Evidemment, cette production faisait suite au tapage organisé autour de fameuse loi de février 2005 au sujet de l'Algérie française.

Le « débat » débutait par un double mensonge d'Arlette Chabot, animatrice, déclarant que la loi imposait l'aspect positif du colonialisme dans l'enseignement ; alors que la loi n'imposait justement rien, et qu'elle parle de la colonisation et non du colonialisme, qui en est exactement le contraire. Bon début ! auparavant, cette journaliste avait consciencieusement joué la comédie de l'impartialité, contactant les associations de Français d'Algérie pour avoir les noms de témoins à convier, dont pas un seul évidemment ne figurait sur le plateau...

D'ailleurs, pour ce débat consacré en somme au bilan de la colonisation,ne figurait ni un colonisateur, ni un colonisé, ni un historien spécialiste de la question. On pouvait voir et entendre Roger Hanin, un représentant des Verts, Mme Badinter, M.Delanoe, une représentante des « indigènes de la République » ( ? ), le ministre d'Outre Mer, Kofi Yamiane et quelques autres, tous sans aucun titre à être là, mais qui n'avaient de commun qu'une opposition virulente au principe de la colonisation. De même pour Max Gallo, historien très orienté.... seule la député Michèle Tabarot avait été parmi les instigateurs de la loi, mais elle fut pratiquement interdite de parole et de toute façon ficelée par son appartenance politique.

Dans ces conditions le débat, truqué dans son principe, n'a été qu'un procès des colonisateurs instruit à charge et en l'absence des accusés, par des procureurs haineux et virulents, dans l'étalage d'une ignorance crasse. Pas un seul des présents ne savait véritablement de quoi il parlait, les plus extravagantes sottises étant proférées avec assurance. M.Gallo affirmant que la colonisation avait détruit des souverainetés : cet historien ignore que la souveraineté de l'Algérie n'a jamais existé, comme pour toutes les ethnies d'Afrique éparpillées en tribus autonomes, comme le Maroc ou Madagascar dont l'anarchie interne avait gommé depuis longtemps toute apparence de pouvoir, et tous les autres....le ministre d'Outre-Mer déclarant que le code de l'indigénat empêchait les Algériens d'exercer leur religion ; énormité, pour une province où justement la IIIí république encourageait l'Islam pour abattre l'Eglise catholique... Kofi Yamiane concluant à l'inexistence des hôpitaux ou des ports réalisés par la France pour un bilan positif, au motif que les peuples colonisés les auraient réalisés eux-mêmes -Là on crut quand même entendre quelques rires étouffés dans la salle ! - Le bouquet étant sans doute la déclaration de la pécore des « indigènes de la ...etc. » : cette dernière, coupant la parole à tous et à tout instant, sidérante d'ignorance prétentieuse, prétendant que si les Français avaient soigné les populations, ce n'était que pour ne pas être contaminés eux-mêmes ! Les centaines de médecins de colonisation qui ont donné leur vie pour des populations au milieu desquelles aucun Français ne vivait devaient se retourner dans leur tombe...on atteignait au summum de l'infâmie mais personne n'a protesté ! et surtout pas Arlette Chabot apparement débordée par la foire d'empoigne qu'elle avait montée en toute connaissance de cause, et en réalité faisant profil bas devant le terrorisme intellectuel ambiant...

La violence de nos procureurs était telle que Roger Hanin lui-même, et E.Badinter, actifs adversaires de la présence française coloniale pourtant, finissaient par trouver que trop c'est trop et qu'il était temps de se modérer... sentant bien sans doute que ces excès finiraient par déraper vers d'autres cibles plus politiquement correctes. Max Gallo finissait aussi par jouer les modérateurs.....

Le bilan de la décolonisation, qui eut dû être le vrai sujet puisqu'il constituait la référence de comparaison, n'a pas, faut-il l'écrire, été abordé. Trop risqué ! Le déferlement de racisme anti français qui fut la vraie marque de ce « débat » ne permettait que l'invective. Quant aux Français qui ont fait l'Empire, ceux qui ont consacré cinq générations à fabriquer des pays livrés clefs en mains à des repreneurs qui quelquefois n'en voulaient même pas, ceux là étaient rayés du débat : ils n'avaient existé que pour être enterrés. Ils auraient pourtant une suggestion à faire : que nos insulteurs aillent faire un tour dans l'ex Empire : nulle part ils n'entendront ce qu'ils expriment sur notre sol et l'amour de la France, s'il existe quelque part, se trouve là-bas...

Le media télévision, en tous cas, nous à montré là son vrai visage : ses « débats » sont sur le plan médiatique ce que furent les procès de Moscou sur le plan judiciaire. A ceci près que les Vichinsky d'aujourd'hui sont dans le public et les accusés interdits de plateau. C'est France 2 ou Télépravda ?

Hyères 02/02//2006

M. LAGROT
Responsable CVR

Mis en page le 03/02//2006 par RP