Famines et Colonialisme

France Inter, station radio d'Etat pour grand public, nous sert chaque jour une émission au principe intéressant, techniquement bien faite : il s'agit de « deux mille ans d'histoire », d'un certain Patrice Gelinet, dont les choix relèvent de la plus stricte correction politique, choix des   invités et des livres cités, des opinions exprimées etc. , rien à lui reprocher ! Les pires absurdités historiques sont même les bienvenues si elles sont dans le sens du poil...

Un bon exemple nous en était offert ces temps ci avec une émission titrée : « les famines »

Pourquoi pas ? on sait bien que la famine est de toutes les époques et qu'elle a des causes diverses, qu'elle a parfois servi d'arme, et l'exemple bien connu de l'extermination des Ukrainiens programmée par Staline est cité dans l'émission.. bien ! mais pour se racheter de cette élémentaire lucidité, l'invité Etienne Thévenin, savant universitaire, cite dans les causes de la famine aux temps modernes... le colonialisme ! Deux exemples sont cités : L'Inde du XIX° siècle affamée par les Anglais du fait qu'ils ont encouragé la culture du coton remplaçant les cultures vivrières, beaucoup moins rentables. On a du mal à comprendre comment remplacer une agriculture pauvre par une culture riche a pu affamer les populations, et on connait la politique benbellesque dans l'Algérie de 1963, ruinant les fellah en pratiquant la méthode inverse, par l'arrachage des vignes et des agrumes, censément remplacées par du blé : une catastrophe !

Le deuxième exemple cité par ce prétendu historien était la famine de 1868 en Algérie. Famine bien réelle, mais dont il  convient de rappeler la genèse : après une sécheresse exceptionnelle de 1865, en 1866 une invasion de sauterelles d'une ampleur inconnue avait dévasté le pays, ruinant au passage, outre les patûrages indigènes, les colons français sortant à peine de la misère des premières années. En 1867, alors que le choléra s'était déclaré en plusieurs endroits, un tremblement de terre détruisait trois villages de colonisation et faisait de nombreuses victimes ; en 1868, l'accumulation de ces catastrophes et la persistance de la sécheresse conduisirent à une tragédie, et le chiffre de 300 000 morts cité par Thévenin n'est pas loin de la réalité, sans oublier la perte de 4 millions de têtes de bétail.

Il serait cependant honnête de rappeler que ces catastrophes n'étaient pas nouvelles dans l'histoire du pays, à des époques où ce fameux colonialisme n'était pas en cause ; que les autorités française ne disposaient d'aucun moyen pour les enrayer ; que les Français en furent victimes comme les indigènes ; que d'énormes efforts furent faits pour en atténuer les causes, chantiers de charité, distributions de vivres, recueil des orphelins indigènes par l'Eglise catholique, etc. Il est absurde de prétendre, comme on l'a entendu dans l'émission, que l'accaparement des terres par les Français était cause de la famine des Arabes : outre que ces occupations étaient fort réduites, les indigènes ayant racheté en très grande partie (4/5 par exemple à Sétif) les  terres mises en vente, ces terres de patěrages étaient ravagées comme les autres et n'auraient contribué en rien au redressement de la situation.

Le colonialisme responsable des tremblements de terre, du choléra, de la sécheresse... ! ? on attend la prochaine émission de « deux mille ans d'histoire » pour nous expliquer en quoi il est responsable du réchauffement climatique, de la scarlatine et de l'ostéoporose !

M.Lagrot
Responsables CVR
Hyères le 10/02/2009

Mis en page le 11/02/2009. Modifié le 14/02/2009