Docteur Jean-Claude PEREZ
Auteur du Livre « Attaques et contre-Attaques »
Publié à DUALPHA EDITIONS
BP 58
77522 COLOMMIERS CEDEX

Nous communique le message suivant :

DES HUEES ET DES SIFFLETS DE LA MARSEILLAISE AU STADE DE FRANCE
AU SACRIFICE DES PORTE-DRAPEAUX DE MOSTAGANEM (DE 1957-1960)

Lors d'un match de football récent opposant, au Stade de France, l'équipe nationale de Tunisie à l'équipe nationale de France, nous ne fûmes pas surpris par les huées et les sifflets qui ont couvert l'hymne national français, la Marseillaise.

« Marseillaise » remarquablement et courageusement interprétée par la chanteuse LA'AM, française d'origine tunisienne.

Nous n'avons pas été surpris, parce qu'en réalité, tout le monde s'y attendait.

Tout le monde s'y attendait, oui, y compris les organisateurs de cette rencontre amicale.

Cette prévision fut à l'origine d'une initiative empreinte d'une pusillanimité évidente.

Une décision prise par ces mêmes organisateurs lorsqu'ils ont cru « politique » de présenter les effectifs des deux équipes en les intégrant les uns aux autres. C'est-à-dire en les faisant défiler et pénétrer sur le terrain, l'un derrière l'autre, en alternant les nationalités.

Un Français derrière un Tunisien ou vice et versa, et ainsi de suite╔

Cette présentation des équipes nationales était, certes, louable dans ses intentions.

Elle était louable╔ oui, mais pourquoi ?

Parce qu'elle était nourrie avant tout d'un souci de prévention. Elle prétendait en effet, tuer dans l'¤uf, par un geste qui se prétendait cordial et noble avant tout, toute manifestation à l'encontre des symboles traditionnels de la France.

C'était un mauvais calcul. C'était aussi présomptueux. C'était exhiber un manque de psychologie.

C'était la traduction évidente d'une peur et surtout, d'une incompréhension totale à l'égard de l'hostilité qui ne demandait qu'à s'exprimer, au sein d'une foule psychologiquement « uniformisée », « une foule militante ». Une foule arborant des drapeaux nationaux╔ en réalité de véritables emblèmes religieux.

L'initiative des organisateurs de mélanger les équipiers tunisiens et français, soulignons le une fois de plus, fut inspirée par la peur et c'est comme telle qu'elle fût ressentie par les provocateurs.

L'hostilité était latente╔ momentanément contenue╔ mais déjà perceptible, presque palpable, au sein de cette foule qui était présente, avant tout, pour insulter publiquement la France. Une foule dont on ne doit surtout pas dire qu'elle était tunisienne.

Elle était multinationale et en même temps mono-confessionnale. Elle était inspirée et animée dans son comportement, par des chefs d'orchestre maghrébins, araboislamistes, promoteurs occultes mais toujours actifs de l'actuelle Révolution Mondiale.

Une foule qui n'hésita pas à manifester son « anti-France » avec autorité, avec agressivité, avec constance et avec une discipline militante, alors que la Communauté qu'elle représente, est ENCORE très largement minoritaire en France.

Une foule qui a pris soin de nous avertir, par son mépris et par ses huées, de ce que serait notre STATUT si un jour, par le jeu d'une émigration mal contrôlée, d'une natalité sélectivement intensifiée, par le jeu de conversions quotidiennes démagogiquement encouragées, cette collectivité devenait numériquement dominante en France.

Dans cette perspective, dans cette redoutable évolution de la société française, on enseignerait dans nos écoles, aux Français du futur, que la France fut militairement vaincue, conquise et secondairement occupée par la glorieuse Armée de Libération Nationale Algérienne.

Victoire acquise par celle-ci grâce à la volonté du Général de Gaulle, le 19 mars 1962 à Evian.

Voilà la leçon qu'il nous faut tirer de cet événement du Stade de France.

Il n'est pas nécessaire de « mélanger » des équipes lors d'une confrontation sportive. Les équipes entrent sur un terrain pour disputer un match de football et non pour se combattre.

Nous reconnaissons aux footballeurs tunisiens, leurs qualités sportives ainsi que leur habituelle correction sur le terrain.

L'estime, l'amitié, la camaraderie du sport ne doivent pas être altérées et finalement gangrénées par le comportement d'une foule qui ne laisse pas passer, en ces circonstances, l'occasion d'insulter la France « urbi et orbi », en toute impunité.

Cette attaque de nos symboles c'est à la République Française de la combattre et surtout, de la VAINCRE.

C'est le devoir de notre Gouvernement.

Lorsque j'ai écouté, avec un profond respect, la Marseillaise chantée par Mademoiselle LA'AM, qui ne s'est pas laissée décontenancer par les sifflets de haine d'une foule hostile, j'ai admiré avant tout le courage de cette interprète.

Par la suite j'ai été flatté, pour mon pays, par ses commentaires évoquant le passé d'ancien combattant français de son grand-père.

A mon niveau, et en toute humilité, je lui dis : « Merci pour la France ».

Mais ma mémoire est toujours à rebonds. Cette vilénie du Stade de France a réveillé chez moi un autre souvenir╔, déjà lointain.

C'est celui du drame, du sacrifice, des Porte-drapeaux de Mostaganem, que je tiens à vous rappeler comme je l'avais fait en 1993 dans mon premier livre « LE SANG D'ALGERIE » [1].

Je m'appuyais sur un document signé du Général VANUXEM, et je demandai alors, à mes lecteurs, qu'il ne tombât jamais dans l'oubli.

Voici ce texte.

AUX CHAMPS POUR UN DRAPEAU

Voici la mirifique et incroyable histoire du drapeau des Anciens Combattants de MOSTAGANEM.

C'était un nommé TCHAM KOUIDER qui, à MOSTAGANEM, portait le drapeau aux cérémonies patriotiques, aux obsèques des camarades et à l'enterrement des soldats qui tombaient dans cette guerre qui n'avait pas de nom ni de loi.

TCHAM KOUIDER ressentait bien tout l'honneur qui lui en revenait et n'aurait pour rien au monde consenti à se dessaisir de sa charge glorieuse.

Lorsque le FML le menaça de mort, il en rendit compte à son Président, tout simplement en bon soldat qu'il était, mais se regimba comme sous une offense, lorsqu'on lui proposa de le remplacer dans son honorifique emploi.

Cela se passait vers la fin de l'année 1956.

TCHAM KOUIDER fut abattu le 14 février 1957. Sa dépouille fut portée par ses camarades. On fit un discours.

CAID METCHA qui le remplaça fut, à son tour, l'objet de menaces de mort.

Il en rendit compte à son Président, et tout comme TCHAM KOUIDER, il refusa énergiquement de renoncer à ce qu'il considérait comme un honneur, si périlleux qu'il fût╔.

Il fut abattu le 21 juin 1957.

BENSEKRANE YAHIA conduisit le cortège jusqu'au cimetière aux stèles blanchies et, à son tour, il inclina le drapeau devant la tombe de son prédécesseur.

Quelques jours plus tard, il fut lui-même menacé et lui non plus ne put accepter de se renier.

Il porta le drapeau au cours des cérémonies du 14 juillet╔ il fut abattu le 8 août 1957.

HENNOUNI BESSEGHIR devint le quatrième porte-drapeau de cette année. Il fut abattu le 5 octobre 1957.

Les évènements prenaient alors une meilleure tournure et HADJGACHE, tout raide de l'honneur qui lui était fait, ne fut abattu que le 27 août 1958. C'était pourtant au temps où il semblait qu'on apercevait le sourire de la Paix et où soufflait un vent vivifiant d'espérance.

BEY BAGDAD lui succéda. Il fut abattu le 14 juillet 1959.

ADDAD fit comme ceux qui l'avaient précédé et, avec son humeur tranquille quant il fut menacé, il refusa calmement de céder le poste de confiance dont il était investi. Il fut abattu le 11 septembre 1959.

Son camarade, RHAMOUNI LAKDAR releva la charge et, après tant d'autres, il fut abattu le 7 novembre 1960.

Il se trouva des volontaires dans la section de MOSTAGANEN pour briguer encore l'emploi de porte-drapeau qui revint à BELARBI LARBI.

Il advint que BELARBI LARBI n'en mourût pas.

Il fut, suivant le mot administratif et blasphématoire, rapatrié. Il prit le bateau pour la France puisque la terre où il était né avait cessé d'être la France╔ Il emporta son drapeau╔

Il est le dixième porte-drapeau de sa section à avoir risqué sa vie pour l'honneur de porter le Drapeau.

Je salue son drapeau, enroulé aujourd'hui dans sa gaine et si lourd du poids de tant d'âmes, de tant de foi et de tant d'amour de la France.

                                                                                              Général VANUXEM + 

Ce texte mérite la plus large diffusion. Qu'on le fasse connaître aujourd'hui encore. Qu'il ne tombe jamais dans l'oubli et ne soit jamais occulté par les sifflets et les huées qui ont tenté, en vain, de couvrir notre Marseillaise, lors de cette rencontre de football du Stade de France.

                                                                                              Jean-Claude PEREZ



[1] LE SANG D'ALGERIE édité aux éditions DUALPHA

Note du Web-Master : nous avons publié cette page d'héroïque courage en mars 2003